Que les champions se lèvent (1970-1971)


Si la première saison des Remparts de Québec en a été une de rêve, les mots manquent pour décrire la seconde. Les joueurs et tout le personnel d'encadrement n'ont qu'une idée en tête, effacer le souvenir de leur déconvenue en finale de la coupe Memorial. Mais surtout, ils désirent venger l'humiliation de leur défaite devant les Canadiens junior de Verdun et démontrer aux connaisseurs qu'ils sont véritablement les meilleurs au pays. C'est donc avec détermination et fougue qu'ils disputent leur deuxième campagne pour terminer encore au premier rang du classement général, 32 points devant leurs plus sérieux rivaux, encore une fois les Bruins de Shawinigan. On ne peut pas parler d'une course au championnat vraiment palpitante car les Remparts n'ont subi que 7 défaites durant la saison, accumulant 54 victoires et un match nul pour totaliser 109 points. 

Pour la deuxième année consécutive, les Remparts remportent la coupe du Président et obtiennent leur laissez-passer pour le tournoi de la coupe Memorial.  Par la suite, l'équipe dirigée par Maurice Filion ne fait qu'une bouchée des champions de la Ligue du Saguenay Lac St-Jean, du district d'Ottawa et de ceux des Maritimes. La grande finale pour l'obtention de la coupe Memorial oppose les Remparts aux champions de l'Ontario, les Black Hawks de St-Catharines. Un duel épique entre les deux grandes équipes, rehaussé par la confrontation Guy Lafleur/Marcel Dionne, deux talents exceptionnels que le Canadien de Montréal doit départager pour exercer son privilège du premier choix lors de la prochaine séance de repêchage de la Ligue Nationale de hockey. C'est d'ailleurs sur la glace de leurs adversaires que les Remparts gagnent le premier match de la série 4-2 avant de s'incliner dans le deuxième 8-3.

À leur retour au Colisée, les Remparts prennent une avance de 3-1 dans la série grâce à des victoires de 3-1 et de 6-1. Cette dernière partie dégénère cependant en bagarre générale d'une rare intensité. La situation s'envenime au point que les visiteurs ont besoin de la protection policière pour regagner leur autobus et s'éloigner des abords du Colisée.

Pour éviter la répétition des incidents de Québec, le cinquième match est présenté au Maple Leaf Garden de Toronto, devant une galerie de spectateurs manifestement hostiles aux hockeyeurs québécois. Les Remparts encaissent leur deuxième défaite de la série au compte de 6-3. Toutefois, avant même le début de la partie, des rumeurs laissent entendre que les Black Hawks ne retourneront pas à Québec pour poursuivre la série, quel que soit le résultat. Le fait est confirmé lorsque les dirigeants des Remparts refusent la demande des Hawks qui souhaitaient jouer le sixième match au Forum de Montréal.

Après de nombreuses démarches infructueuses de l'Association canadienne de hockey (ACH), les Remparts sont proclamés champions de la coupe Memorial, la série ayant été réduite à un 3 de 5. Une conquête qui laisse toutefois un goût amer. Dans l'espoir de sabler le champagne de manière plus honorable, les Remparts lancent un défi aux champions de la Ligue de l'ouest, les Oil Kings d'Edmonton. Une telle série n'aurait pas dû être disputée normalement car le circuit junior de l'ouest est toujours hors-la-loi selon l'ACH et ses dirigeants

ne manquent pas de faire sentir leur mécontentement. Néanmoins la série deux de trois sera disputée et toutes les parties, en fait seulement deux, sont jouées à Québec, selon l'entente préalable, au grand plaisir des partisans des "Diables rouges" qui enregistrent des victoires convaincantes de 5-1 et 5-2.

Les Remparts peuvent ainsi savourer pleinement la première conquête de la coupe Memorial par une équipe représentant la Vieille Capitale ! Parade dans les rues, cérémonies officielles, signature du livre d'or de la ville et autres activités du genre se succèdent à un rythme soutenu pendant une bonne quinzaine de jours. Partout c'est la fête et il s’agit d’une célébration bien méritée pour les partisans des "REMPARTS EN OR" qui furent plus de 440 000 à franchir les tourniquets du Colisée en cette saison inoubliable de 1970-1971...